jeu. Nov 21st, 2019

APEF

Association pour la Promotion de l’Entreprenariat Féminin

APEF, TOUJOURS EN GUERRE CONTRE LES VIOLENCES SEXISTES A L’EGARD DES FILLES : IL FAUT SANS CESSE DÉNONCER !

3 min read

APEF Focalise son attention sur différents moyens pour lutter contre les violences sexistes ainsi que des programmes axés sur la santé et les droits en matière de sexualité et de procréation ont été au menu de discussion entre 60 femmes et jeunes filles outillées sur les mesures de prévention des violences basées sur le genre. C’est APEF qui s’en est chargée ce jeudi 17 octobre 2019, à Nguba, commune d’Ibanda,Pendant la formation.                         

Ayant pour mission première de promouvoir l’égalité des sexes, APEF propose des formations sur la prévention des violences basées sur le genre. Elle fait, en outre, valoir le droit pour chaque femme et chaque fille à une à l’abri des mauvais traitements et violence.

Tant que les violences sexistes mettent en péril la santé mentale et physique, la dignité, la sécurité et l’autonomie de ses victimes, il y a toujours de quoi en faire une préoccupation, soulève une des animatrices de APEF, Rosette Watukanza.

Vivant dans une culture de silence à Bukavu, les conséquences graves sur la santé sexuelle et reproductive des victimes se font de plus en plus remarquées tels que les  grossesses forcées et non désirées, les avortements dangereux et non sécurisés, les fistules traumatiques, les infections sexuellement transmissibles, entre autres, le VIH, ainsi que de nombreux cas de décès. Watunakanza évoque ce qui suit : « L’impunité dont jouissent les agresseurs et la peur engendrée par leurs actes affectent toutes les femmes et toutes les filles victimes ».

Parmi les priorités d’APEF

Chaque mardi et jeudi APEF informe les femmes et les filles apprenantes en coupe et couture, en teinturerie et en broderie, sur leurs droits. Cela pour éviter de subir des maltraitances ou dénoncer au cas où l’une d’elles en serait une victime.

Dans cette optique, les perspectives d’avenir envisagées par cette organisation féminine suscitent donc une étroite collaboration avec ses partenaires en vue de répondre aux besoins spécifiques des femmes et des filles en détresse. Elles peuvent bénéficier du matériel et des produits de santé, notamment des trousses d’intervention pour les cas de viol. Signalons qu’APEF met aussi en place des activités des conseils psycho-juridiques.

Quid des victimes des violences

apprenantes en pleine formation

Pour rappel, une femme sur cinq est victime de viol ou de tentative de viol au cours de sa vie. Un fléau qui touche majoritairement les jeunes filles. À l’échelle mondiale, 600 millions de femmes vivent dans des pays où la violence familiale n’est toujours pas interdite par la loi. En RD Congo en générale et dans la province du Sud-Kivu en particulier, les violences à l’égard des femmes et des filles restent l’une des violations des droits fondamentaux les plus fréquentes. Elles affectent des communautés toutes entières et contribuent à la régression sensible du tissu économique du pays et de la province.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.