jeu. Nov 21st, 2019

APEF

Association pour la Promotion de l’Entreprenariat Féminin

EBOLA : plus de 60 femmes et jeunes filles apprenantes viennent d’être sensibilisées sur la prévention de la maladie à virus Ebola.

3 min read
  • La maladie à virus Ebola étant un problème de santé publique, le centre de formation d’APEF n’est pas à l’instar d’autre lieu public nécessitant des mesures appropriées pour lutter contre la propagation de cette maladie qui se vit actuellement dans notre province du Sud-Kivu précisément dans le territoire de MWENGA à moins de 150 km de la ville de Bukavu.

Amener les apprenantes du centre de formation à adopter un nouveau comportement visant à réduire le risque de propagation de la maladie à virus Ebola. Tel a été l’objectif d’un atelier de sensibilisation sur la prévention de la maladie à virus Ebola organisé le 05 septembre 2019 à l’intention des apprenantes.

Au cours de cette séance de sensibilisation, ces femmes et jeunes filles ont été informées sur l’origine de cette maladie, ses signes et les mesures de prévention. Parmi les signes d’Ebola soulevés par l’intervenant du jour, on note la montée de la fièvre, la fatigue intense, les maux de tête, la diarrhée et plus tard les saignements au niveau des gencives, des yeux, du nez, des oreilles, etc.

Dans la province du Sud-Kivu reste caractérisée par des pratiques de rites funéraires et d’inhumations ancestrales qui consistent à rester à proximité d’une dépouille pendant plusieurs heures (laver le corps du défunt) ce qui reste un danger des explosions massives de nouveaux cas. La peur et la perception erronée d’une maladie méconnue ce qui explique pourquoi bon nombre de personnes refusent de croire qu’Ebola une maladie était réel.

Dans cette région il est impossible de distinguer, par exemple, les symptômes précoces du paludisme, ou de choléra de ceux d’Ebola.

Pour faire face à cette maladie à virus Ebola, l’intervenant du jour a appelé ces jeunes à éviter tout contact avec le sang, la salive, les urines, les selles, les vomissures, la sueur d’un malade d’Ebola, ceci avant de les appeler à observer les mesures hygiéniques (le lavage des mains à l’eau chlorée ou avec du savon).

« Pour réduire les risques au minimum, il est capital de suivre les recommandations du ministère de santé en matière de lutte contre l’infection. Entre autres mesures, il est essentiel de se laver correctement les mains et de mettre et de retirer en toute sécurité l’équipement de protection individuelle. Vu les questions posées et la manière dont ces femmes étaient attentionnées à écouter l’intervenant, nous sommes sûrs que le message est passé. 

Je pense qu’elles vont relayer le message dans tous les quartiers ce qui va même aider leurs familles. Puisque les participants ont pris l’engagement de transmettre le message reçu à leurs parents, à leurs frères et à leurs sœurs à la maison, voisins, etc. Car Ebola, c’est aussi et avant tout un défi de développement. » A indiqué PATRICK BARAKA chargé de communication de l’APEF.
En somme, cette activité s’est inscrite dans le cadre de la campagne «STOP EBOLA », lancée par l’Association pour la Promotion de l’entreprenariat Féminin, visant à sensibiliser des communautés de la région sur la prévention de la maladie à virus Ebola.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.